REGARDS SUR LE / LA CRITIQUE

 
Chaque artiste est en quête de son texte et de son critique attitré. Des couples se forment. L’amour règne. C’est justement cette inflation inconsidérée, encouragée par les institutions et généralisée dans le milieu de l’art qui a motivé la tenue du colloque Regards sur le/la critique.

 

«Lorsqu’on me demande de critiquer la critique, c’est tout le milieu de l’art que je dois examiner et critiquer. En somme, on a toujours la critique que l’on mérite. Or la nôtre n’est-elle pas le reflet d’un milieu artistique timoré qui n’arrive pas à se situer face à la culture mondiale de l’art?» Gilles Mihalcean

«La critique ou plus généralement le discours sur la critique est perçu comme un bavardage inutile et, pire, nuisible à la pleine jouissance de l’œuvre qu’elle ne révèle pas mais cache, comme un bruit, le silence, une brume, le paysage. Il faut dire, à la décharge de l’accusation, que la forme savante que prend souvent aujourd’hui le discours sur l’art n’aide pas beaucoup à dissiper cette impression.» Olivier Asselin

Textes : Rose-Marie Arbour, Olivier Asselin, Camille Bouchi, Jean-Pierre Latour, Gilles Mihalcean, Marie-Jeanne Musiol, Douglas Ord, Jean-Yves Vigneau

Actes du colloque, 1997, 52 pages

Share it