2015 | L’ORIGINE D’UN MOUVEMENT : MANON LABRECQUE | COMMISSARIÉE PAR NICOLE GIGRAS

 

EXPOSITION DU 1 AVRIL AU 2 MAI 2015

 

 

L’exposition réunit cinq installations inédites. Manon Labrecque poursuit son exploration de thèmes qui lui sont chers : le mouvement et ce qui en découle, comme l’animation, le ralentissement, l’arrêt ; la question du double ; le mutisme d’un corps ; la relation entre le toucher et le regard ; la prégnance d’un souvenir ; le présent ; l’expérience. Une figure est au centre de toutes les œuvres. Le visiteur découvre un corps, des fragments du corps d’une femme ; celle-ci retient un mouvement, relance une action, observe, dessine, s’estompe. Elle pense son ombre et l’apprivoise.

L’artiste a conçu apprentissage et touchée, deux installations vidéo qui entretiennent un lien étroit avec une image en mouvement projetée et une image fixe dessinée, dans un rapport d’échelle vertigineux. L’œuvre dessous ma chair rouge repose sur un face à face entre deux projections — deux temps d’un visage qui semble se dissoudre sous nos yeux. L’installation cinétique et sonore, moulin à prières, invite le visiteur à circuler dans le mouvement, le son et les images fugaces. Un ensemble de dessins déposés sur des chevalets, les uns, offre sept images distinctes de corps et autant d’expériences où l’artiste, les yeux fermés, tente de se remémorer une sensation, une expérience. La quête d’une origine, d’une filiation — ce que, pour Manon Labrecque, j’aime associer au terme généalogie  s’affirme clairement avec ce groupe d’œuvres récentes.

Depuis Les témoins, exposition présentée en 2003 à la Galerie de l’UQAM, L’origine d’un mouvement, accueillie dans les trois salles d’AXENÉO7, est, à ce jour, le projet le plus ambitieux de l’artiste.

 

Nicole Gingras, commissaire

 

 

Manon Labrecque vit et travaille à Montréal. Elle possède une formation en danse contemporaine et en arts visuels. Artiste multidisciplinaire, depuis 1991, elle réalise des vidéos (monobandes et installations), des performances, des images fixes, des installations cinétiques et sonores. Ses œuvres vidéographiques ont été diffusées dans différents festivals au Canada et à l’étranger. Certaines ont été primées, entre autres, aux Rendez-vous du cinéma québécois (1998 et 2007), à la Manifestation Internationale Vidéo et Art Électronique (1995) et à la Transmediale de Berlin (2000).
 

Nicole Gingras est chercheuse, commissaire indépendante et auteure; elle vit à Montréal. Les expositions et les programmations dont elle est commissaire, les publications sous sa direction ainsi que les séminaires qu’elle anime traitent du temps, des processus de création, des traces et de la mémoire. Elle est également l’auteure de textes analytiques sur l’image en mouvement, la photographie, l’art sonore et l’art cinétique.

 

 

 

Share it