2001 | TRANSISTOR : Catherine Préfontaine

EXPOSITION DU 4 MARS AU 15 AVRIL

Dans la conjoncture actuelle d’une grande mutation technique, sociale et géopolitique, les notions de sens et de sacré sont des dimensions de l’expérience humaine qui interpellent l’artiste non seulement parce qu’elles semblent correspondre à une nécessité, mais aussi parce qu’elles ont été occultées, expulsées du champ de la réflexion par une société devenue technocratique, sûre de son savoir et «apoétique». En lien avec cette problématique, le propos de Catherine Préfontaine est en quelque sorte un constat réactionnel et viscéral de l’isolement pathétique des individus que farde ironiquement l’envahissant assaut médiatique. L’artiste, qui vise l’appropriation et l’altération de l’espace, intervient aussi bien sur la surface du sol que sur celle des murs et du plafond. Petits moteurs, circuits et conducteurs désuets ou hors d’usage servent d’ancrage symbolique à l’élaboration des réseaux de communication chaotique. À même les surfaces sont également disséminés des dessins, des peintures ou des collages réalisés principalement in situ. L’installation métamorphose l’espace de la galerie en une matrice/prison spéculative, par une succession de références et de spéculations visuelles dont l’ordre est indéterminé et la praxis discursive.

Share it