2001 | INVISIBLE HAND : Michael Maranda

EXPOSITION DU 14 JANVIER AU 25 FÉVRIER

En établissant un rapport entre des passages clés du livre L’Origine des espèces de Darwin (chapitre 3, La lutte des espèces, et chapitre 4, La sélection naturelle) et de celui de Adams Smith, Le bien-être des nations (tome 3, Des progrès et de la richesse dans différentes nations), j’espère mettre en lumière les similitudes de ces deux systèmes de rhétorique et ainsi faire ressortir la présence (de biais, pour être certain) de ces mêmes rhétoriques dans le débat actuel sur les OGM.

En écrivant ces passages sur des feuilles d’hévéa (comme signe de la fin du XIXe siècle capitaliste et mercantile, icône des origines de l’économie néocolonialiste, et comme signe de la politique environnementale, puisqu’il s’agit aussi d’une plante tropicale), je veux suggérer que les arguments formulés de part et d’autre dans ce débat tombent peut-être dans le piège tendu par Darwin, que par l’idée que nous nous faisons de l’histoire de la nature, nous avons à cœur de trouver une justification à l’économie de marché.

Share it