2000 | LES JOURS SE SUIVENT ET L’ŒUVRE NE SE RESSEMBLE PLUS : Martin Pakvis

EXPOSITION DU 7 JANVIER AU 27 FÉVRIER

Sans plan préconçu, armé d’une webcam, de photos, de textes, de temps, d’espace et de son incroyable énergie, Martin Pakvis entame un nouvel épisode de son journal spatial. Travail In situ qui avale tout ce qu’il peut, tout est sujet à faire partie du journal. L’œuvre n’est jamais définitive. Les expositions de Martin Pakvis sont comme autant de Merzbau éphémère ou de maison de Lemoyne.(1)

À la première visite, vous découvrez un moment dans ce journal mouvant à la frontière de l’ordre et du chaos. Vous revenez, une page est tournée; des photos témoignent d’hier et construisent aujourd’hui. C’est une histoire qui se déroule devant vous, une histoire racontée dans une langue étrange.

Artiste hollandais, Martin Pakvis a passé l’automne en résidence à St-Jean-Port-Joli au centre Est-Nord-Est dans le cadre du projet Les pépinières pour jeunes artistes. Il poursuit son séjour au Canada en résidence /exposition pour six semaines à la galerie AXENÉO7. Période où vous pourrez le voir au travail et visiter son journal spatial.

Martin Pakvis donnera…prononcera une conférence sur son travail le dimanche 16 janvier à 15 h.

(1) -Merzbau, est l’œuvre de l’artiste Kurt Schwitters, une des premières installations des années vingt, une œuvre jamais définitive.

-La maison de Lemoyne située à Acton Vale au Québec, une œuvre d’installation en perpétuel mouvement.

Share it