C’EST MAINTENANT : Le Cinéma et la Vidéo Après le Punk

ISAAC JULIEN, JOHN MAYBURY, SOPHIE MULLER, THE NEO-NATURISTS, GRAYSON PERRY, JOHN SMITH, CORDELIA SWANN, JILL WESTWOOD ET CERITH WYN EVANS

EXPOSITION DU 3 MAI AU 14 JUIN

AXENÉO7 présente C’est maintenant : le cinéma et la vidéo après le punk (This is Now: Film and Video After Punk), un grand projet de tournée inédit, sous le commissariat de William Fowler, conservateur, Artists’ Moving Image, British Film Institute, qui porte sur les films et les vidéos réalisés par des artistes durant la période post-punk de 1978 à 1985 en Grande-Bretagne. Le projet, composé de sept programmes, a été élaboré par LUX en partenariat avec la BFI National Archive. Cette première nord-américaine présentera des œuvres rares et restaurées des artistes de renommée internationale Cerith Wyn Evans, Isaac Julien, Sophie Muller et Cordelia Swann, dont la majorité n’ont jamais été diffusées au Canada.

Le début des années 1980 a connu une explosion dans la production alternative et indépendante d’images en mouvement. Clubbers, étudiants en art, nouveaux romantiques et membres de la scène post-punk utilisent alors des technologies domestiques peu chères pour bouleverser les médias traditionnels et trouver de nouveaux modes d’expression. Des bandes VHS indépendantes sortent, évitant farouchement la censure, et le film Super 8 est accueilli comme un nouveau médium bon marché mais lyrique. L’approche punk du bricolage, le DIY, renaît ainsi en force.

Les artistes ont défié les idées reçues sur la manière de faire un film et sur qui devrait le faire. Les cinéastes femmes, gais et noirs progressent, squattant des appartements, sortant en boîte et développant ensemble des techniques et des styles novateurs. John Maybury et Cerith Wyn Evans, collaborateurs de Derek Jarman, ont expérimenté le Super 8, mettant en vedette leurs amis Leigh Bowery et Siouxsie Sioux dans des scénarios fragmentés, oniriques. Isaac Julien et Grayson Perry explorent la politique de la représentation culturelle et individuelle, alors que la grande réalisatrice de vidéoclips Sophie Muller (The Eurythmics, Björk, Beyoncé) imprime et juxtapose des images sur du film 16 mm.

C’est maintenant (This is Now) célèbre la diversité de la production indépendante d’images en mouvement dans le Royaume-Uni des années 1980, période unique qui voit les nouvelles technologies à bas prix permettre à des voix marginales de se faire entendre. Une nouvelle esthétique se développe qui va façonner l’allure du cinéma, de la télévision, de la mode et de la musique pour de nombreuses années à venir. La BFI National Archive a restauré vingt films en Super 8 et en 16 mm de cette période et la plupart de ces titres sont présentés pour la première fois en plus de trente ans. Élaborés sur plusieurs années, ces programmes renvoient à une période clé dans la vie culturelle du Royaume-Uni et se penchent sur l’impact de ces œuvres sur la production vidéographique et cinématographique des artistes d’aujourd’hui.

—————————————————————————————————————————

PROGRAMME :

Performing The Self [Se performer soi-même]
Le mercredi 3 mai à 19 h

De nouvelles manières de penser l’identité, soi-même et son corps font partie de l’héritage puissant du punk. Ces œuvres inventives et variées montrent comment les artistes ont joué avec des notions de performance, forgeant ainsi une nouvelle et dynamique culture cinématographique pop avec du mordant, du panache et une touche existentielle.

  • Still Life With Phrenology Head par Cerith Wyn Evans, 1979, 14 min.
  • Human League: Don’t You Want Me par Steve Barron, 1981, 4 min.
  • Chat Rap par John Scarlett-Davis, 1983, 15 min.
  • Adam Ant: Stand and Deliver par Mike Mansfield et Adam Ant, 1981, 3 min.
  • Adam Ant: Prince Charming par Mike Mansfield et Adam Ant, 1981, 3 min.
  • The Modern Image par John Maybury, 1978, 13 min.
  • Solitude par John Maybury, 1981, 13 min.
  • Bungalow Depression par Grayson Perry et Jennifer Binnie, 1981, 4 min.
  • The Private View par The Neo-Naturists, 1981, 7 min.

 

Home Taping [Tourner chez soi]
Le mercredi 10 mai à 19 h

Au début des années 1980, les médias traditionnels sont traités comme une vaste bibliothèque prête à être pillée pour créer des jeux provocateurs et subversifs. Qu’ils filment leur écran de télévision avec une caméra Super 8 ou qu’ils copient habilement de bande à bande, les artistes saisissent et juxtaposent des éléments disparates pour bouleverser les idéologies dominantes de l’époque et pour créer une nouvelle musique visuelle.

  • The Attitude Assumed: Still Life With Still Born par Cerith Wyn Evans, 1980, 19 min.
  • Skinheads and Roses par Jill Westwood, 1983, 7 min.
  • Pop Dolphin par Jeffrey Hinton, c. 1983, 23 min.
  • Tilt par George Barber, 1984, 6 min.
  • Branson par George Barber, 1983, 2 min.
  • Blue Monday par Duvet Brothers, 1984, 4 min.
  • The Commander in Chief par Gorilla Tapes, 1984, 4 min.
  • Art of Noise: Legs par George Barber et George Snow, 1985, 6 min.
  • Passion Triptych par Cordelia Swann, 1982, 4 min.

 

Just Images [Que des images]
Le mercredi 17 mai à 19 h

L’intégrité morale, politique et symbolique de l’image en soi est explorée, attaquée et minée dans ces films aux riches textures. John Maybury met en vedette ses amis Siouxsie Sioux et David Holah dans une des œuvres en Super 8 les plus étonnantes et ambitieuses de l’époque : Court of Miracles. L’âge postmoderne introduite par de jeunes cinéastes.

  • The Court of Miracles par John Maybury, 1982, 44 min.
  • Glory Boys? par Vanda Carter, 1983, 4 min.
  • Territories par Isaac Julien, 1984, 24 min.
  • Psychic TV: Unclean par Cerith Wyn Evans and John Maybury, 1984, 9 min.

 

Before and After Science [Avant et après la science]
Le mercredi 24 mai à 19 h

Grayson Perry, Anna Thew et Steven Chivers présentent de nouveaux mondes fictionnels étonnants, lo-fi et étranges. Croyances ésotériques, contes populaires et scénario post-apocalyptique tourné dans un Londres délabré – tous offrent des contrepoids bienvenus à la rigidité de la société patriarcale, chrétienne et moderne.

  • Lost For Words par Anna Thew, 1980, 26 min.
  • The Green Witch and Merry Diana par Grayson Perry, 1984, 20 min.
  • Men Without Hats: Safety Dance par Tim Pope, 1982, 3 min.
  • Catherine De Medicis Part 2 par Steven Chivers, 1984, 25 min.

 

Through a Glass Darkly [À travers un miroir, sombrement]
Le mercredi 31 mai à 19 h

Les cinéastes provocateurs du début des années 1980 ont traité l’image en mouvement à la manière d’un miroir, soit une surface de divination grâce à laquelle ils sondent leur esprit et celui du regardeur. Ce programme comprend le travail particulièrement provocateur qui était à l’origine lié à la scène industrielle.

  • The Wound par Jill Westwood, 1984, 18 min.
  • Winter Journey in the Hartz Mountains par Cordelia Swann, 1983, 12 min.
  • Liquid Video par Michael Kostiff, 1983, 10 min.
  • The Branks par Akiko Hada, 1982, 7 min.
  • All Veneer and No Backbone par Holly Warburton, 1980-84, 5 min.
  • 23 Skidoo: F.U.G.I., par Richard Heslop, 1983, 5 min.
  • Grayson/Flowers/Jewels par Jennifer Binnie, 1985, 3 min.
  • Lyrical Doubt par Judith Goddard, 1984, 16 min.

 

Video Killed the Radio Star [La vidéo a tué la vedette de la radio]
Le mercredi 7 juin à 19 h

Les premières œuvres vidéo indépendantes ont été un antidote révolutionnaire, issu du bricolage, à un système de télévision qui se préparait alors à accueillir une quatrième chaîne au Royaume-Uni. Elles ont contourné la censure et ont fourni une plateforme aux marginalisés et aux laissés-pour-compte. Cette sélection éclectique comprend un titre très rare de John Smith et des œuvres incisives de la « scratch video » à ses débuts avec The Duvet Brothers, Kim Flitcroft & Sandra Goldbacher, Gorilla Tapes et George Barber.

  • Echo and the Bunnymen: Shine So Hard par John Smith 1981, 32 min.
  • The Miners’ Campaign Tapes: The Lie Machine par artistes variés, 1984, 16 min.
  • The Greatest Hits of Scratch Video Volume 2 par artistes variés, 1984, 28 min.

 

Entering the Dream Space [Pénétrer l’espace du rêve]
Le mercredi 14 juin à 19 h

Tissant film et vidéo, ayant souvent recours à une imagerie religieuse et introduisant de la couleur, des effets et des textures en surface, les cinéastes génèrent, à la fin de l’époque post-punk, un nouveau style vivement transcendantal. Des exemples clés de cette production sensuelle, visuellement aboutie, sont présentés en compagnie de pièces dynamiques qui explorent l’état du rêve.

  • The Technology of Souls par John Maybury, 1981, 11 min.
  • In Excelsis Deo par Sophie Muller, 1983, 26 min.
  • The Miracle of the Rose par Cerith Wyn Evans, 1984, 25 min.
  • The Union Jacking Up par John Maybury, 1985, 18 min.

—————————————————————————————————————————

AXENÉO7 remercie le Conseil des arts et des lettres du Québec, le Conseil des arts du Canada, la Ville de Gatineau, LUX, le British Film Institute et Idéeclic pour leur appui au projet.

 

Share it